En ligne sur Netflix

Le 4 décembre 2020

MANK

Réalisé par David Fincher

Avec Gary Oldman, Amanda Seyfried, Lily Collins, Charles Dance

Durée : 2h09

1939. Le scénariste Herman J. Mankiewicz est chargé par Orson Welles d’écrire le scénario du film “Citizen Kane”, dont le personnage principal s’inspire de William Randolph Hearst. Souffrant après un accident de la route et alcoolique, le scénariste doit malgré tout tenir les délais fixés. Herman loge pour cela dans un ranch loué pour l’occasion à Victorville. Il y est surveillé de près, notamment par la jeune Rita Alexander (qui veille sur sa santé) et par John Houseman (qui veille au respect du rythme imposé). La relation entre « Mank » et le metteur en scène va s’avérer tumultueuse durant le processus de création du film.

© Netflix – Tous droits réservés

"Mank" de David Fincher
"Mank" de David Fincher

Six après Gone girl (2014), David Fincher revient avec une évocation dense et puissante des coulisses de l’âge d’or de Hollywood, en pleine guerre des studios pour obtenir la première place au box-office. Initié par son propre père, Jack Fincher, dans les années 90, ce projet est l’un des plus personnels du réalisateur de Fight Club et The social network qui en profite pour explorer la complexité du processus de création artistique d’un film et la difficile question de la “paternité” relative à la place du scénariste dans la genèse d’une œuvre. Tourné “à la manière de” dans un Noir et Blanc d’une grande élégance, Mank s’éloigne cependant rapidement du biopic classique et va plus loin que la simple reconstitution de l’usine à rêves californienne. Pionnier des auteurs indépendants (comme le seront plus tard des scénaristes “blacklistés” comme Dalton Trumbo) et frère aîné du réalisateur Joseph L. Mankiewicz qui signera des classiques comme L’affaire Cicéron (1952) ou Cléopâtre (1962), Hermann Mankiewicz, alias “Mank”, détonne dans le monde du glamour et de l’hypocrisie managériale par son regard critique et sa modernité dissidente. A travers la figure excentrique et fascinante du magna de la Presse William Hearst (incarné dans le film par Charles Dances), David Fincher explore également les relations secrètes et troubles qu’entretiennent les grands producteurs mythiques du 7ème Art comme Louis B. Mayer de la M.G.M. avec les milieux politiques influents (généralement les Républicains) via des contributions économiques et la réalisation de “clips” de propagande.